IMG_4972

Les choses à retenir pour faire des photos de ciel étoilé

Après quelques essais infructueux, et pas mal de frustration, je réussi enfin a faire régulièrement des photos de ciel étoilé et/ou de voie lactée, satisfaisantes. Pas encore non plus des photos exceptionnelles, mais au moins de quoi revenir content de mes sorties nocturnes.

Voila les éléments a réunir que j’ai retenu pour réussir a faire ces photos.

1- Le bon endroit

Tout d’abord le choix du lieu est primordial. Le principal problème pour ce genre de prise de vue étant la pollution lumineuse durant la nuit, vous pouvez oublier prendre des photos depuis votre balcon a Paris, Genève, Bruxelles, Montréal… En fait même depuis le petit village de tremoi-les-mamelles, il est très dur de réussir de bonne photos de ciel étoilé.
Des qu’on est dans ou aux environs d’une ville disposant d’un éclairage public nocturne celui ci noiera une grande partie des étoiles sur les photos dans un magma orangé.En fait il faut vraiment être loin de l’activité humaine pour profiter de bonnes conditions pour photographier les étoiles. Trop proche, il est possible de saisir les étoiles les plus brillantes, mais très difficilement un beau ciel constellé de millier d’étoiles et encore moins la voie lactée.
Je sais que certains y arrivent cependant, mais au prix d’un post traitement plutôt lourd a mon sens.

trop proche des villes, une teinte orangée vient colorer les surfaces claires (ici les rocher a droite). De plus la luminosité ambiante rend vite les photos trop claires si on pousse les réglages pour avoir le plus possible d’étoiles.
trop proche des villes, une teinte orangée vient colorer les surfaces claires (ici les rocher a droite). De plus la luminosité ambiante rend vite les photos trop claires si on pousse les réglages pour avoir le plus possible d’étoiles.

Pour choisir un endroit sans trop de pollution lumineuse je me sert des cartes disponibles sur le site www.lightpollutionmap.info. Avec il est aisément possible de déterminer assez précisément les zones les plus propices aux prises de vues de ciel nocturne.

Prenez en compte qu’une ville, même éloigné de plusieurs kilomètres et qui ne provoque pas de pollution lumineuse a proprement parler risque fort de dessiner a l’horizon une tache lumineuse colorée la plupart du temps en jaune orange.

Autre avantage, ces lieux loin  des villes sont aussi ceux en général avec le moins de pollution atmosphérique et donc qui vous offriront les meilleures conditions pour voir les étoiles.

Mais choisir la zone n’est pas suffisant, pour rendre les photos intéressantes, il faut aussi trouver un premier plan sympa : Rochers d’une forme spécifique, arbres, bâtiments abandonnés… n’importe quoi qui vous plaise et qui empêche de seulement avoir sur la photo, un fond noir avec plein de petit point blanc. A mon sens ce sont ces éléments « terrestres » qui vont donner tout son sens a la photo et qui vont faire que cette photo va raconter une histoire. N’hésitez pas non plus a agrémenter vos photos par exemple avec un peu de light painting, ou a éclairer certains éléments du décors pour les rendre plus visible sur la photo.
Je suis toujours a la recherche de ce genre d’endroit, qu’il faut bien évidemment avoir repéré a l’avance, dans le noir complet difficile de retrouver quoi que ce soit…

IMG_4972

2- Le bon moment

Après avoir déterminé le bon endroit, il faut bien évidemment s’y rendre au bon moment.
Tout d’abord il convient de choisir une nuit claire, sans nuage. Sauf bien évidement si vous souhaitez photographier un ciel nuageux nocturne pour donner une certaine ambiance… mais peu de chance qu’il y ai aussi les étoiles ou la voie lactée.

Deuxièmement il vaut mieux faire ces photos durant une nuit sans lune. Une lune trop présente, même sans forcement être pleine d’ailleurs génère elle aussi une forte pollution lumineuse. La aussi je me sert d’un site internet pour déterminer le bon moment, celui ou la lune ne me gênera pas : www.timeanddate.com. Ce site est en anglais, mais en gros il suffit d’indiquer sa ville (ou la plus proche) pour avoir les horaire de lever et de coucher de la lune, ses phases, et énormément d’autre information (lever ou coucher du soleil, éclipses…)

timeanddate.com
timeanddate.com

Pour choisir le bon moment, surtout pour avoir une position de la voie lactée visible dans le ciel, tout en tenant compte de la rotation des étoiles dans le ciel, j’utilise le logiciel libre et gratuit stellarium. La aussi il faut indiquer sa position, pour avoir une vue en temps réel de la positions des différents constellations dans le ciel. On peut aussi visualiser la voie lactée. Plus intéressant que la vue en temps réel, on peu aussi visualiser la carte du ciel pour une date et une heure future de manier a planifier au mieux ses sorties.

stellarium
stellarium

3- Les bons réglages

Concernant les réglages a adopter pour l’appareil photo, c’est assez simple. Comme les étoiles sont franchement pas lumineuses et qu’elles sont très loin, et qu’elles bougent assez lentement de notre point de vue, on va pousser l’appareil photo quasiment au max partout, pour avoir une plus grande maitrise de chaque parametre on se mettre en Manuel :

D’abord le plus simple a comprendre : l’ouverture. La c’est clair et sans debat ou presque, on va toujours utiliser la plus grande ouverture possible sur votre objectif. Il est possible de saisir la voie lactee dans de bonne condition a f/3.5, mais par exemple a F/2.8 c’est nettement mieux. Plus l’ouverture est grande, plus on pourra saisir la luminosité des étoiles et fixer même de petites étoiles peu brillante et avec elles notre galaxie.

Concernant le temps d’exposition (ou la vitesse d’obturation), ce genre de prise de vue exige des poses longues. Vraiment longue. Combien ? la aussi le plus longtemps possible, en prenant quand même en compte que les étoiles bougent… Lentement, mais elles bouge. Et quand on veut prendre des photos de ciels étoilés, en général on veut des étoiles vraiment nette, donc sans voir leur mouvement (bien sur dans le cas de photos « circumpolaire » ou on voit justement le file des étoiles ceci ne s’applique pas). Ce temps maximum dépend de la focale (donc de l’objectif) choisie.
Pour le connaître il faut faire de calcul suivant :
Si vous avez un plein format  : T=600/focale
Si vous avez un capteur APS-C Canon : T=375/focale
Si vous avez un capteur APS-C Nikon : T=400/focale
Donc par exemple, avec mon Canon 600D et l’objectif du kit 18-55mm utilisé a 55mm, on obtient un temps de pose maximum théorique de 21s.

Pour sensibilité ISO de votre capteur, la aussi il faut monter assez haut. Malheureusement, qui dit haut ISO + pose longue + photo sombre dit bruit numérique souvent disgracieux sur les images. Il faudra ainsi faire quelques essais pour trouver la sensibilité maximum acceptable pour vous et votre appareil. Pour moi et mon 600D, je choisi en général 800 ou 1600 ISO. Au delà je ne trouve les photos trop gâchées par le bruit. Bien sur les logiciels de post traitement permettent de réduire ce bruit dans une certaine mesure.

11mm - f/2.8 - 31s - 800ISO
11mm – f/2.8 – 31s – 800ISO

Quant a la mise au point, il vaut mieux la faire manuellement. En effet, il est très peu probable que l’autofocus arrive a trouver quoi que ce soit avec si peu de lumières. Il convient de faire la mise au point a l’hyperfocale ou si rien n’est proche de vous, a l’infini. De toute façon, avec des grand angles (17, 18mm…) et a fortiori avec des Ultra grand angle (11mm, 15mm…) en faisant la mise au point a quelque mètres de vous, l’ensemble de la scène jusqu’à l’infini sera net.
Pour faire la mise au point manuellement, soit vous vous fiez a l’indicateur de distance de mise au point de votre objectif, soit vous placez une source lumineuse a une dizaine de mètre de vous, faite la MAP avec l’autofocus dessus, puis repassez sans rien toucher en focus manuel.

La encore je préfère faire la Balance des blancs manuellement, et c’est bien une des seules conditions ou je le fait d’ailleurs. En fonctions des conditions d’éclairage environnante, l’appareil donne parfois une teinte orangée au ciel. Pensez a corriger ceci, pour avoir des la prise de vue des teinte qui vous plaisent plus.

Dernière recommandation, shooter en RAW+JPG, en tout cas au début. Je sais que les puriste crieront a l’aberration, mais il se trouve qu’en post traitement de ces images j’ai quasiment eu de meilleur résultats en exploitant les jpg que les RAW. La gestion du bruit, notamment, sur les jpg ou il est déjà bien atténué par l’appareil est bien plus facile. Faites des essais les premières fois, si vous obtenez de meilleures résultats avec vos RAW, alors foncez. Mais si les jpg sont plus satisfaisant, alors pourquoi s’en priver ? Par contre, ceux ci sont quand même moins souples en post traitement, d’ou l’intérêt d’avoir une balance des blanc déjà acceptable a la prise de vue.

4- Le bon matériel

Ce genre de photo demande évidement un peu de matériel, mais rien d’extraordinaire :
Tout d’abord un appareil photo, permettant les réglages manuels et avec le capteur le plus grand possible, APS-C c’est tres bien, plein format c’est évidemment mieux.

Ensuite, il faut aussi un trépied. Les poses étant de plusieurs seconde, impossible de tenir l’appareil a la main… Peut être en posant l’appareil sur un « bean bag », mais ce n’est vraiment pas pratique. Idéalement le trépied devra être le plus stable possible, pour ne pas trembler, surtout s’il y a du vent. N’hésitez pas a l’alourdir en suspendant par exemple votre sac au crochet de lestage, si votre trépied en dispose.

Puisque le temps d’exposition doit être le plus long possible et que celui ci dépend directement de la focale utilisée, on privilégiera les objectifs a grand angle. 18mm sur un capteur APS-C est un bon début et permet de faire déjà des photos sympas. Il faudra utiliser la plus grande ouverture pour faire rentrer le plus possible de lumière. Ainsi mon Tokina, qui offre a la fois un Ultra grand angle (11-16mm) et qui ouvre a F/2.8 est un objectif génial pour ce genre de photos, qui deviennent vraiment faciles.

Dernier accessoire qui va faciliter les prises de vues, une télécommande. J’en ai acheté une toute petite, filaire pour quelques euros, et ça permet de faire plusieurs cliches sans avoir a risquer de bouger l’appareil, tout en variant les temps de poses pour faire des tests. Disons que c’est un confort en plus, pour une somme vraiment modique.

mon matériel pour la chasse aux étoiles : Un appareil reflex, objectif grand angle, un trépied et une petite telecommande
mon matériel pour la chasse aux étoiles : Un appareil reflex, objectif grand angle, un trépied et une petite telecommande

5- Les trucs en plus

Quand on a tout bon, voila quelques autres petits conseils pour que cette séances photos soit la plus agréable possible :
En général ces séances sont longue, le temps d’avoir l’alignement désiré, de trouver la bonne compositions, d’avoir la voie lactée dans la bonne positions, etc… d’autant plus que chaque photos prend plusieurs dizaine de seconde. Il ne faut vraiment pas être pressé, prendre son temps pour prendre de bonnes photos. Comme ça dure longtemps, évidement c‘est plus sympas si vous êtes accompagné, sauf si vous êtes vraiment un antisocial fini. Photographe ou pas, de toute façon passer ne soirée dans la nature sous un beau ciel étoilé, c’est un beau spectacle.

Penser a bien se couvrir, même en été, les nuit en rase campagne sont souvent fraîches. Un petit pull en plus dans le sac, voir une couverture vous permettra de passer un moment plus agréable.

Prendre a manger et a boire, pourquoi pas un thermos de boisson chaude

Bannissez toute lumière vive, laisser vos yeux s’habituer a l’absence de lumière, recouvrez vos lampe de poches indispensable d’un plastique rouge transparent par exemple, vous profiterez mieux du spectacle

IMG_4967_01

Voila, je crois que c’est a peu près tout… 2000 mots, c’est pas grand chose a retenir finalement !😉
J’espère que ça vous sera utile.

Si vous avez d’autres conseils, sites ou applications a suggérer pour faciliter ce genre de prises de vues, n’hésitez pas a les partager dans les commentaires, pareil pour vos propres photos !

44 réflexions sur “Les choses à retenir pour faire des photos de ciel étoilé

    1. oui, profite si tu es dans un endroit propice. L’avantage en automne / hiver c’est que la nuit se coche tôt. L’embettant c’est que le ciel risque d’être nuageux… mais pas dans l Finistère, il fait tout le temps beau la bas, non ?

      1. En y repensant et dans mes aventures, le plus dur est de trouver un logiciel correct de prévision de trajectoire de milky way. J’aime bien Stellarium mais je trouve un peu rudimentaire…. J’utilisais l’application de Justin NG jusqu’à présent mais il y a eu une modification qui depuis a peu d’intérêt !

        1. d’accord avec toi, c’est d’ailleur dommage que ça ne soit pas intégré a google sky map, qui est super pour déterminer la place des constellations par exemple…

      2. Tout le temps beau…non😀 ! mais par contre , on a des ciels, de jour comme de nuit, très très souvent des plus magnifiques ! Et ça , c’est une Bretonne de la Presqu’île de Crozon qui vous le dit !!!!😀
        En tout cas , merci pour ce tuto que je vais essayer dés demain soir ! J’ai le même appareil que toi , ça tombe bien😉 !! Par contre, je débute dans la « vraie »photo , alors tes conseils, je peux te dire qu’ils me sont très précieux !!!😀

        1. aucun doute qu’il doit y avoir de très beaux cieux, beau temps ou pas d’ailleurs… moi ça me manque parfois par exemple de pas avoir plus de nuages. Pour les photos de ciels étoilés, non bien sur, mais pour tout le reste ça donne plus de matière aux photos.
          Content que ce tuto t’ai aide et motive pour sortir faire plus de photos.
          N’oublie pas après les prises de vue, la partie post traitement qui est tout aussi importante pour sortir le meilleur de tes cliches.
          En tout cas n’hésite pas a revenir ici pour nous parler de ta propre expérience et partager tes propres photos !

    1. hate de lire ca alors. C’est une vraie plaie a mon sens, j’aimerai vraiment que les villes fassent quelques chose pour la limiter…
      Tu as d’autres outils pour la mesurer par exemple ?

          1. je sais pas, attacher les morceaux ?

            désolé mais je suis un fan du film Vertical Limit, je crois qu’il a légèrement biaise ma vision de l’escalade…

  1. Très bons conseils ary😉 même si je préfère rester le plus bas possible en ISO dans ces conditions, quitte à faire des poses longues autant en profiter pour utiliser la sensibilité qui donnera la meilleure qualité tant que le temps de pose est suffisant. Par contre, une raison pour laquelle fermer le diaph est de limiter la coma qui se voit facilement sur les photos de ciel étoilé et qui est la plus forte à la plus grande ouverture. D’après ce que j’ai pu en lire ton Tokina est assez bien corrigé à ce niveau, d’autant que l’effet est surtout visible sur les bords donc l’APS-C est moins touché, mais elle se voit quand même.

    1. Mais en diminuant les ISO, on récupère beaucoup moins d’étoiles. Tant que le bruit est recuperable en post prod, je m’en accommode personnellement, mais je comprend qu’on puisse avoir une vue différente.
      Tu peux m’en dire plus sur le coma, j’en ai jamais entendu parler avant…

      1. Si tu diminues les ISO tu augmentes le temps de pose donc au final tu récupères la même quantité d’étoiles. Et si tu fais du post-traitement, en utilisant une basse sensibilité tu pourras augmenter le contraste et miro-contraste et ainsi dévoiler encore plus d’étoiles sans accentuer le bruit.
        La coma c’est une aberration sphérique qui donne au sujet une forme de comète (d’où le fait qu’il se voit facilement sur un spot luminueux rond comme une étoile), qui se voit surtout sur les bords.

        1. sauf que quand on est au temps de pose max pour pas que les étoiles commence a « filer » alors en augmentant les ISO on récupère plus d’étoile, plus brillantes.

          1. Justement, avec un 11-16 tu peux tranquillement aller au 20 secondes, si t’es à 2 secondes à 1600ISO autant passer à 400 ISO tu restes dans les temps à 8s sans filé et tu pourras récupérer plus d’étoiles avant de voir le bruit. L’exposition est la même dans les deux cas donc tu auras la même image, du bruit en moins😉 .

          2. Pas à chaque fois, j’espère😉. Moi sur des photos sans aucune source de lumière autre que les étoiles je suis plutôt à 10-15s à 400ISO, moins quand il y a une partie du sol avec quelques faibles éclairages (note que je sous-expose légèrement avec la correction d’expo à -0.5/-1IL, la remonter d’autant en post-traitement n’altère pas beaucoup la qualité d’image à si basse sensibilité, mais les Nikon ont tendance à surexposer à la base).
            Après c’est pour ça que j’ai dit tant que le temps de pose est suffisant, si tu n’as pas en-dessous de 30s effectivement c’est chaud de descendre sous les 800. Tu devrais peut-être envisager une focale fixe ouvrant encore plus🙂, à f/1.8 t’aurais 15s.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s