article depenses _ materiel

Le vrai cout de la passion photo (article collaboratif)

Ils sont 6, Anne, Alex, Loic, Marc, « El Padawan » et Thomas, (et depuis la mise a jour du 19/11/2015, 16 en tout) photographes et blogueurs, comme moi, à avoir répondu à mon appel pour tenter d’apporter la meilleure réponse possible, au sein de cet article collaboratif, à cette question :

« Combien ça coûte en vrai d’être passionné de photo ? »

En fait j’ai eu l’idée de cet article quand un ami d’enfance avec qui je suis toujours en contact grâce à Facebook, m’a demandé conseil pour l’achat d’un appareil Reflex. Tout en répondant à sa question, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’acheter un reflex c’est rarement suffisant quand on veut faire de la photo, et de surcroît quand ça devient une vraie passion. Une passion qui peut sembler à première vue (très) onéreuse. En plus du matériel de base, vient vite le besoin, d’autres objectifs, d’accessoires en tout genre, d’appareils plus performants, mais aussi de voyage, de matériel informatique, de formation… sans compter les tirages et autres impressions grand format ou l’entretien du matériel par exemple.

Au final tout cela semble nécessiter un budget fort conséquent. Mais qu’en est-il vraiment ?

J’ai donc demandé à mes acolytes de me donner une liste des dépenses qu’ils avaient engagé au cours de leurs années de pratique pour essayer de déterminer un budget annuel moyen pour un passionné de photographie. Évidemment avec seulement 17 témoignages (les 16, plus moi !) on est loin d’un échantillon statistique représentatif, mais je pense que c’est une bonne base de départ pour se faire une idée. Vous pouvez contribuer a affiner ce calcul en utilisant le formulaire a la fin de l’article.

Les différents postes de dépenses

Tout d’abord, avant de rentrer dans le détail, examinons les différents postes de dépenses.

  1. matériel photo : Appareils, objectifs, trépieds, sac, cartes mémoires, flashs…
  2. entretien du matériel : réparations, extensions de garantie, nettoyage…
  3. apprentissage : formation (en ligne ou présentielle), livres, magazine, conférences…
  4. impression : tirage petits ou grands formats, toiles, albums…
  5. communication : site web / blog, cartes de visites, expositions
  6. sorties et voyages photos
  7. informatique : ordinateurs, écrans, sonde, système de sauvegarde, logiciels…

En effet, un appareil photo tout seul ne permet pas d’aller très loin. Il faut au minimum aussi un ordinateur avec les logiciels adaptés. Mais les vrais passionnés vont vite avoir envie de sortir les photos de leur écran, tirage sur papier, toiles… Certains souhaitent suivre des formations quand d’autres ont plus volontiers recours aux ressources disponible gratuitement sur le net.

Évidemment, le plus gros poste de dépenses pour nous sept, reste malgré tout, le matériel photo qui englouti à lui seul 67% du budget dépensé en moyenne. Avec des écarts parfois important : Alex y dépense 52% de son budget alors que Marc y consacre 95%. Ça reste de toute façon et de loin le poste de dépense le plus important.

Vient ensuite l’informatique avec 15%.

L’apprentissage 7% (avec un record pour Alex qui y consacre même 18% de son budget photo), les impressions 4% (ou « El Padawan » y met un tiers de son budget total) et les sorties (4% egalement) viennent ensuite.

Les autres postes de dépenses, communication et entretien ferment la marche avec respectivement 2%  et 1% du budget moyen.

repartition par poste de depenses

Il existe cependant des différences importantes dans cette répartition des dépenses pour chacun d’entre nous :
repartition par poste de depenses par photographe

Détaillons à présent chacun des postes de dépenses :

Matériel (67% des dépenses)

article depenses _ materiel
Concernant le matériel, certains préfèrent Canon…

Évidemment tout photographe a au minimum 1 appareil photo. Évidemment aussi, le temps fait son œuvre sur ces boîtiers. Ainsi ceux qui ont débuté la photo il y a le moins de temps (Anne, « El Padawan », et moi) n’ont acheté qu’un seul appareil quand d’autres (Alex, Loic, Marc ) on eu le temps de le remplacer plusieurs fois. Parfois comme pour Thomas, ce n’est pas une question de temps, mais plutôt de recherche de matériel plus adapté à sa pratique qui a fait qu’il a plusieurs fois changé de boîtier.

En plus des appareils il y a les inévitables accessoires divers et variés : les indispensable (sac et cartes mémoire), les objectifs qui dépendent grandement du domaine de prédilection, les accessoires « fréquents » (trépieds, flashs…) et ceux beaucoup plus exotique qui dépendent grandement du type de photo (cellule de détection des éclairs, monture équatoriale, équipement strobist…).

Ce poste de dépense peut aussi être grandement influencée par l’achat de matériel d’occasion ainsi que par la vente de matériel ancien /obsolètes / plus utilisé. Thomas est celui qui y a eu le plus recours, tant en achat qu’en vente pour changer de matériel. Marc et Alex ont revendu leurs boîtiers pour financer en partie la montée en gamme, tandis que Loic n’a pu le faire puisqu’il n’a remplacé ses appareils que quand les précédents étaient vraiment à bout de souffle, une philosophie différente en somme.

Toujours en terme de philosophie, mais d’achat cette fois, plusieurs d’entre nous (Marc et Thomas notamment) reconnaissent qu’une partie de leur matériel surtout acheté au début de leur pratique ne leur sert plus. Marc écrit par exemple : « Je me rends compte avec les années que l’on a tendance à miser sur un équipement le plus complet possible au début… pour finir par travailler avec quelques éléments essentiels. Une bonne partie de mon matos dort dans mon placard aujourd’hui »
D’un autre coté, d’autres photographes (Loic ou moi dans une certaine mesure par exemple) prennent un temps de réflexion plus long avant de céder à l’achat, pèsent le pour et le contre en essayant de déterminer ce qui serait le plus adapté aux besoins.

Au final, la dépense moyenne en matériel photo s’élève a 601 euros par an avec des écarts cependant assez important puisque le plus dépensier y aura investi 1600 euros chaque année, le plus économe moins de 200 euros par an.

Entretien (1% des dépenses)

L'un des nombreux kit de nettoyage de capteur présent sur le marché
L’un des nombreux kit de nettoyage de capteur présent sur le marché

Concernant l’entretien de ce même matériel, la bonne surprise vient du fait que ce poste de dépense est vraiment réduit. Le matériel tombe peu (pas ?) en panne et donc nécessite très peu de réparation. Mathieu a fait réparer un objectif dernièrement pour quelques dizaine d’euros. Loic a payé une fois des frais de port pour un retour de SAV. Il est aussi le seul a avoir investi quelques euros dans un kit d’entretien / nettoyage de son matériel (capteur / optique).
A part ça aucun de nous n’a eu à effectuer de réparation hors garantie… touchons du bois.

Au final les dépenses moyennes d’entretien s’élèvent a 10 euros par an, quand 9 d’entre nous sur 17 n’a jamais déboursé un cent pour ça…

Apprentissage (7% des dépenses)

Eyrolles est l'une des maisons d’édition les plus dynamique sur le thème de la photo
Eyrolles est l’une des maisons d’édition les plus dynamique sur le thème de la photo

Grâce à l’essor d’internet, l’accès au savoir est désormais bien plus facile et pratique. C’est évidement valable pour la photo, où les vidéos, sites, blogs et tutoriels en tout genre pullulent, la plupart du temps de façon totalement gratuite (encore plus si on maîtrise aussi l’anglais).
Loic, Alex et « El Padawan » ont déjà acheté des livres pour développer leurs connaissances, Thomas et Marc bénéficient tous les deux de partenariats qui leur ont permis de bénéficier de livres gratuits.
Marc précise à ce sujet que selon lui « c’est indispensable d’avoir un peu de littérature photo dans sa bibliothèque ».

De leur coté Anne et Alex ont tous les deux accéléré leur courbe d’apprentissage en recourant à une formation a la photo en ligne.

A noter que Thomas a publié un livre en ligne sur la photo de rue. Bien que disponible gratuitement en téléchargement, certains lecteurs ont bien voulu lui faire une donation qui lui a permis de gagner quelques euros.
D’autre part, grâce a son activité de blogueur, au partage régulier des connaissances qu’il propose sur son site, et aux partenariat qui en découlent parfois, Marc a pu bénéficier aussi de formation offertes en plus des livres. Partager les connaissance a souvent du bon !

Au final, en moyenne, nous dépensons 62 euros par an en formation / livre / magazines pour développer nos connaissances, et seulement 4 parmi nous sur 17 n’ont jamais rien dépensé en apprentissage photo.

Impression (4% des dépenses)

Évidement à l’heure du numérique, les dépenses en tirage photo on énormément chuté puisqu’il n’est plus nécessaire de faire développer toutes ses photos pour en profiter. 3 parmi nous n’ont d’ailleurs jamais imprimé de photo, ni petites ni grande.
Cependant la multiplication des clichés ainsi que les possibilités multiples d’impression, font parfois grimper la facture, mais permettent en contrepartie de profiter de ses meilleures photos d’une toute autre manière que sur un écran.
Les quatre autres on déjà fait imprimé leurs photos sur différents supports : albums numérique, toiles murale de grande taille, et évidemment photos « classique ».

La aussi, Marc et Thomas on pu bénéficier grâce à des partenariat pour leur blog d’impressions grand format gratuites.

« El Padawan » est le plus dépensier puisqu’il fait régulièrement tirer une grande partie de ses photos.

En moyenne, nous dépensons 37 euros par an en impression de nos photo.

Communication (2% des dépenses)

Wordpress est l'une des plate-forme de publication de blog les plus connue.
WordPress est l’une des plate-forme de publication de blog les plus connues.

Ce poste de dépense est purement optionnel, mais il concerne chacun d’entre nous 7 en tant que blogueur. En effet libre a un photographe de ne pas partager son travail ni se faire connaître, mais d’autres, comme nous, ont choisi de publier le fruit de leur passion.
Certains ont recours exclusivement à des solutions gratuites (« El Padawan » et moi) quand d’autres dépensent quelques euros pour l’hébergement de leur site web, leur nom de domaine ou encore des cartes de visites par exemple. La encore Marc bénéficie de partenariat qui lui permet d’avoir un hébergement et un nom de domaine gratuitement.

Quoi qu’il en soit, ça ne dépasse jamais quelques dizaines d’euros par an, et peut parfois amener quelques avantages en nature sympathique par le biais de partenariats.

En moyenne nous avons dépensé 16 euros par ans en frais de communication.

Sorties et voyages (4% des dépenses)

Parmi les 17 photographes de l’etude, 11 n’ont jamais rien dépensé en sorties et voyages photos. La plupart d’entre nous ne voyagent pas pour prendre des photo, mais prennent plutôt des photos durant leurs voyages et excursions.

Alors que d’autres photographes (on pense notamment aux photographes animalier ou nature) voyagent spécialement et parfois loin pour assouvir leur passion, la majorité  prend plutôt des photos dans son environnement quotidien direct ou durant ses vacances.

La moyenne des dépenses, s’élève néanmoins a 34 euros par an en sorties et voyages photos

Informatique (15% des dépenses)

article depenses _ informatique

Dans un monde de photo essentiellement numérique, l’informatique tient une place importante. Stocker, trier, développer, partager ses photos, tout se fait au moyen d’ordinateur / tablette voir smartphone.

Évidemment, en tant que photographes amateurs les ordinateurs que nous utilisons ne nous servent pas que pour la photo, et la plupart d’entre nous ne considèrent pas l’achat d’un ordinateur comme une dépense purement photo.
Par contre comme le dit « El Padawan », informaticien de son métier, « il est fort probable que l’aspect colorimétrie + puissance sous le capot influe grandement lors du choix de (son) prochain ordi ».

Il y a aussi des accessoires dans lesquels plusieurs d’entre nous ont investi seulement pour les besoins en photo (sonde de calibration, tablette graphique…).

Les logiciels de post traitement des photos sont aussi a prendre en compte dans ces dépenses. Certains comme « El Padawan » et moi ont fait le choix de logiciel gratuit (GIMP, Darktable…) quand la majorité utilisent les logiciels commerciaux les plus connus (Photoshop, Lightroom…) qui alourdissent la facture.

Au final, nos dépenses informatiques s’élèvent en moyenne à 130 euros par an.

Dépenses totales moyennes

Alors, combien coûte la passion photo ?
Reprenons les donnes ci-dessus résultant des moyennes des dépenses de nous sept :

  • matériel : 601 euros/an
  • entretien : 10 euros/an
  • apprentissage : 62 euros/an
  • impression : 37 euros/an
  • communication : 16 euros/an
  • sorties : 34 euros/an
  • informatique : 130 euros/an
  • TOTAL : 892 euros/an

il est cependant possible de réduire drastiquement ces dépenses. En effet nous avons vu que pour chaque poste budgétaire, certains dépensaient beaucoup moins que les autres. Si nous prenons les valeurs minimales de chacun nous obtenons un calcul théorique d’un photographe passionné qui ne dépense que le strict minimum :

  • matériel : 200 euros/an
  • entretien : 0 euros/an
  • apprentissage : 0 euros/an
  • impression : 0 euros/an
  • communication : 0 euros/an
  • sorties : 0 euros/an
  • informatique : 0 euros/an
  • TOTAL : 200 euros/an Minimum

Il est évidement possible de dépenser encore moins, de se contenter d’un petit compact d’entrée de gamme et d’assouvir ainsi sa passion… théoriquement…
Disons plutôt qu’un vrai passionné aura au minimum un appareil photo de qualité (Reflex / hybride / bridge ou compact expert) et un ordinateur pas trop ancien, capable de manipuler les photos qui en sortent.

On comprend aisément, que faire le calcul inverse (dépenses maximum), n’a que peu d’intérêt, puisqu’il est toujours possible de dépenser plus !

Quelques pistes pour diminuer les dépenses :

  1. Profiter de la bonne qualité générale du matériel et de sa longévité (quasiment pas de pannes rencontrées par nous 7) pour se laisser tenter parfois par du matériel d’occasion.
  2. Il est possible aussi comme certain d’entre nous l’ont fait (Marc, Alex, Thomas) de vendre son ancien matériel et de récupérer quelques dizaines d’euros.
  3. Il peut être aussi bénéfique de retarder ses achats, ne pas céder à l’envie du moment, acheter du matériel de qualité et correspondant à un réel besoin. Je cite ici Loic qui applique ces conseils a la lettre :
    « J’ai toujours eu en tête de viser la qualité pour ne pas avoir à faire 2 fois le même achat. J’ai parfois du attendre (longtemps) avant d’acheter de nouveaux trucs, j’ai parfois changé mes plans, le temps aide la réflexion et permet de différencier l’impulsion et le besoin.
    Aujourd’hui je ne regrette aucun achat, dans la mesure où ce sont des achats liés à un besoin dans ma pratique. Je ne regarde pas ou très peu les nouveautés et cela ne pas me tenter. J’ai arrêté de me poser des questions sur le matériel que j’utilise. C’est celui qui me correspond et qui correspond à mes besoins »
  4. Photographier en priorité dans son environnement direct pour éviter les long et coûteux déplacement, profiter des vacances pour quelques escapades photos exotiques.
  5. Utiliser des solutions gratuites quand elles existes (logiciels, hébergement de site web, partage des photos…)
  6. De la même façon, usez et abusez des immenses ressources gratuites d’internet pour vous former et trouver les réponses a vos questions. N’hésitez pas a participer a des forum, laisser des commentaires sur des blogs… la plupart des questions ont déjà des réponses sur la toile.
  7. Espérer que le partage de votre passion par l’intermédiaire d’un blog vous offre des possibilités de partenariat vous faisant bénéficier de quelques avantages en nature (logiciels, livres, impressions, formations…)

Influence du temps de pratique

Alors que les dépenses matérielles sont largement majoritaires, on aurai pu croire qu’une fois l’équipement acquis, les dépenses auraient eu tendance à diminuer avec le temps. En fait, en étudiant les éléments budgétaire à notre disposition, on s’aperçoit qu’il n’en est rien, du moins pas durant les premières année. On observe une baisse sensible des dépenses après 10 années de pratiques :

  • dépenses moyennes pour les photographes ayant moins de 4 ans de pratiques (6 photographes) : 1074 euros par an.
  • dépenses moyennes pour les photographes ayant entre 4 et 9 ans de pratiques (5 photographes): 1016 euros par an.
  • dépenses moyennes pour les photographes ayant plus de 10 ans de pratiques (6 photographes): 609 euros par an.

Certains matériels durent vraiment longtemps si on fait le choix d’investir dans de la qualité (objectifs, trépieds…), quand d’autres, les boîtiers notamment, sont renouvelés au bout de quelques années soit par obsolescence, soit pour s’équiper de matériel plus performant.

Les années de pratique permettent par contre d’affiner ses domaines de prédilection et ainsi de s’équiper en conséquences de matériel plus adapté. C’est d’ailleurs une erreur que certaines personnes font, particulièrement au début de leur pratique, acheter des accessoires qui finalement ne correspondent plus au domaine photographique pratiqué en majorité après quelques mois. Thomas qui s’est spécialisé dans la photo de rue, écrit par exemple : « Si je devais tout recommencer aujourd’hui avec un budget raisonnable, j’achèterais un X100S d’occasion et puis c’est tout ! Soit environ 600€ de matos photo, auxquels j’ajouterais simplement les frais de blog et quelques accessoires (bouton déclencheur, filtre, dragonne…) ».

Comparaison avec d’autres passions

Alors la photo est elle une passion chère ?

Évidemment si on prend la valeurs brute moyenne évoquée ci dessus, 892 euros/an, ça semble cher. Si on divise ce coût par douze, on obtient une somme de 75 euros par mois soit le prix d’une sortie resto-cinéma en famille.
Si on compare avec d’autres passions ça donne un peu plus de perspective. Voila quelques chiffres qui m’ont été transmis :

comparatif differentes passions

On se rend ainsi compte que la photo est évidement plus cher que les sports de ballon, mais nettement moins cher que le golf ou même que de fumer un paquet de cigarette par jour (mais est-ce une passion ??). La photo se situe entre le Fitness et la plongée.

Conclusion / contribution

Alors, vous qui hésitez a vous lancer dans la photo vous êtes toujours partants ? ça vous semble excessif ou au contraire raisonnable ? Si vous avez des questions en plus, la rubrique commentaire est la pour ça !

Et vous, qui êtes comme nous passionnés de photo, nos chiffres vous semblent cohérent avec votre propre expérience ? Laissez vos propres témoignages dans les commentaires.
N’hésitez pas, vous aussi a affiner nos résultats en partageant vos propres données de dépenses via le formulaire ci-dessous, je mettrai cet article à jour le cas échéant.

PS : Merci de tout cœur à Anne, Loic, Thomas, Alex, « El Padawan«  et Marc pour leur aide précieuse pour la rédaction de cet article.

PS 2 : Mise a jour du 4 novembre 2015 : J’ai ajouté les donnés de 6 personnes en plus qui avaient transmise leurs infos grâce au formulaire ci dessus. L’étude porte donc sur 13 personnes qui ont une moyenne de 11 ans de pratique de la photo derrière eux. Cette mise a jour a eu pour effet de réduire sensiblement le budget annuel moyen total. Elle a fait augmenter la proportion de l’informatique au dépend du matériel photo, les proportions des autres postes de dépenses restant stable.
Merci a ces 6 nouvelles personnes : Jacques, Philippe, Julien, Aurele, Michael et un anonyme.

PS 3 : Mise a jour du 5 novembre 2015 : J’ai ajouté les infos d’un photographe en plus aujourd’hui, Semih, passant l’échantillon a 14 photographes. Ces nouvelles infos font légèrement avancer la part de l’apprentissage au dépend du matériel, mais globalement les donnés sont consolidées et les pourcentages et sommes moyennes ne changent quasiment pas. Ce qui montre a mon avis que les dépenses indiquées semblent de plus en plus fiable.

PS 4 : Mise a jour du 8 novembre 2015 : Un autre photographe anonyme s’ajoute a la liste grâce au formulaire ci dessus. L’étude porte a présent sur 15 photographes ayant en moyenne 10 ans de pratique. La répartition des dépenses changent très peu, mais le coût total par an continue de diminuer.

PS 5 : Mise a jour du 12 novembre 2015 : Les données d’un 16eme photographe, Alex, s’ajoutent a la liste. Elles modifient de façon sensible les valeurs, puisque la dépenses totale annuelle augmentent de même que les proportions de l’informatique et des sorties au dépend du matériel photo.

PS 6 : Mise a jour du 19 novembre 2015 : Fabien est le 17eme photographe a avoir rempli le formulaire pour affiner les données. Les proportions des postes de dépenses restent parfaitement stable, de même que le budget total par an qui perd 3 euros anecdotiques.

PS 7  : Mise a jour du 26 novembre : J’ai adopté un nouveau mode de calcul pour faire les moyennes des dépenses. Ça me semble plus juste mathématiquement parlant, mais les moyennes des dépenses on du coup augmentée sensiblement.
Puisque le nombre de photographe ayant participé a l’enquête devient conséquent, j’en ai profité aussi pour réétudier l’influence du temps de pratique sur la moyenne des dépenses et réécrire en partie le chapitre correspondant.

42 réflexions sur “Le vrai cout de la passion photo (article collaboratif)

  1. La réponse à cette question est vraiment difficile. C’est un peu comme si Hibernatus revenant de son long sommeil nous demandait quel budget il lui faudrait pour rouler en voiture en 2015 ?!?? Ca va de la Fiat 500 à la ferrari…
    Il y a des « photographes » qui font des choses magnifiques avec un petit APN de 2 francs 6 sous, et d’autres qui ont du matos pour plusieurs milliers de tunes et qui ne sortent que de la ***** depuis toujours.
    Ca dépend aussi vers quelles « préférences » on se dirige…
    Aujourd’hui, le matériel est absolument, fantastiquement performant et d’excellente qualité. (Mon 1er réflex date de 1964… je suis bien placé pour comparer même si comparaison n’est pas raison)
    C’est difficile aussi d’intégrer certaines dépenses et les attribuer exclusivement au budget photo (je pense à l’informatique, aux voyages…).
    Il y a aussi le « plaisir » évident (presque sensuel) de certains (hmmm : de beaucoup) d’entre nous de (vouloir) posséder le « p’tit dernier » qui vient de sortir…. (Soyons honnête vu qu’on est entre nous…)
    C’est vraiment courageux (téméraire même) de s’attaquer à cette question😉
    Bien amicalement,
    A +
    Jacques

    1. Ce fut d’ailleurs l’objet d’un vaste débat entre nous. Évidemment et je l’ai d’ailleurs dit dans l’article, on peut se contenter d’une petit appareil… mais un passionne s’en contentera-t-il réellement ?

      Je pense que c’est pareil pour toutes les passions, il est difficile de définir un budget moyen… c’est pour ça que j’ai tenté de le faire !
      C’est pour ça aussi que plus de personnes rempliront le formulaire, plus ça se rapprochera de la réalité !

  2. Ravi d’avoir pu t’aider Ary et merci pour ce travail de synthèse ! C’est sur que ça ne peut pas représenter tout le monde mais je trouve que cela donne tout de même un échantillons de photographes différents (aux pratiques différentes) très intéressant.

    J’ai partagé l’article sur Twitter et j’ai eu cette réponse d’Alexis qui m’a interpellé: « Intéressant ! dans ma prés. pour le #SalonPhotoParis je montre justement que la photo #argentique n’est pas chère :) » Alors qu’on penserait l’inverse😉

    1. Merci Thomas (pour les partages, le compliment, la collaboration…)
      Je veux bien croire que la photo argentique soit pas chère : appareil photo d’occasion peu onéreux, on prend et on développe peu de photos, pas besoin d’informatique…
      difficile de comparer, mais j’imagine que pour un débutant, la photo numérique reste quand même plus accessible, dans le sens ou elle permet de faire plus d’essais librement et de plus progresser en apprenant de ses erreurs…

  3. Contente également d’avoir pu apporter ma pierre à l’édifice ! C’est un bon point de départ, à étoffer évidemment, pour avoir un premier aperçu de ce que ça entraîne comme coûts quand on veut se lancer à fond là dedans. J’espère qu’il y aura d’autres personnes qui rempliront le formulaire, ça ne fera qu’affiner les données !🙂

  4. Pas facile de s’attaquer à ce sujet, mais c’est très intéressant de voir comment les autres se « débrouillent. pour faire vivre leur passion:) J’ai rempli le formulaire moi aussi. Je tiens ma promesse de participer un peu plus aux commentaires;)

    1. Merci Michael !
      tu es donc l’un des deux anonymes dont j’ai reçu les réponses !
      J’ai mis a jour l’article en tenant compte des donnes reçues par le formulaire.
      Merci de ta participation et du commentaire !
      Au fur et a mesure des réponses les donnes s’affinent vraiment et deviennent de plus en plus réaliste je pense.

  5. Super article Ary🙂.
    Sur l’aspect matériel, je repense à un truc. Tu dis « on peut réduire les coûts en prenant un appareil moins cher, se limitant à un compact, etc… » Mais ce qu’il faut prendre en compte, c’est que les économies sur le matériel risquent de se répercuter sur l’entretien. Si je repense à mes premiers compacts (que j’ai oublié de mentionner dans mes coûts, tiens… on va faire comme si on avait rien vu), leur durée de vie a été très limitée. Aucun n’a duré plus de deux ans. aux alentours de 200$ chaque appareil à l’époque, pour 4-5 ans de fonctionnement, sachant que sur la dernière année je ne prenais presque plus de photos à cause des problèmes de l’appareil. Avec mon réflex, pourtant d’entrée de gamme, à minima (donc sans objectifs supplémentaires) on compte 350€ environ, et au bout de 5 ans, aucun problème à déplorer (mis à part 40€ pour une réparation + nettoyage de l’objectif). J’aurais pu mettre plus dans un boîtier qui a un dézingueur de poussières automatiques, et économiser le prix du kit de nettoyage. Mais globalement je pense qu’on peut parler de vases communicants entre prix du matos et coûts d’entretien. Je touche du bois, bien sûr, mais mon boîtier se porte encore comme un charme après une demi-décennie d’utilisation. Je n’ai eu qu’à occasionnellement donner un petit coup de soufflette pour les poussières sur le capteur et c’est tout. Et on est dans l’entrée de gamme🙂.

    1. tu as sans doute raison en moyenne… mais un autre contre exemple, mon compact (un Canon bien sur!) est en pleine forme depuis 10 ans !!
      Je prend bien sur moins de photo avec lui qu’avec mon reflex, mais il est toujours vaillant lui aussi…
      Je pense qu’en moyenne tu as raison cependant, et que les reflex sont plus robustes, on est moins tributaire de la chance je pense.

      1. Salut à tous,
        On dit… On DIT… On dit aussi que les fabriquants se débrouillent pour faire en sorte que leurs produits aient une durée de vie programmée. Je ne sais pas si c’est vrai. Je ne fais ici que de braire comme un âne en répétant ce qui n’est peut-être qu’un hoax…
        Mais quand on pense à la vitesse d’exécution de la mécanique d’un APN, de sa précision, de son électronique embarquée et des possibilités que ces ingénieurs nous proposent, moi… j’en reste baba d’admiration !!!!!
        Et puis… il y a aussi le savoir-faire des « marketteurs » qui savent aussi nous créer des envies….
        Mais en même temps, rendre nos (très) chers boitiers obsolètes A NOS YEUX en zieutant les nouveautés….
        C’est humain…. C’est un peu comme le mariage… C’est pas parce que tu as le plat du jour devant toi, que tu ne peux pas regarder la carte….😉

        1. Assez d’accord pour les marketteurs, ca fait envie de changer de matos de temps en temps, découvrir de nouvelles fonctions, de changer…
          Je connaissais le proverbe sous la forme « C’est pas parce que tu es au régime, que tu ne peux pas regarder la carte…. »

          1. Mais là, faut être un peu maso quand même dans ce cas là… Si t’es chez la AA faut pas non plus aller trainer dans les dégustations de vins…😉

        2. Il y a une différence très ténue entre obsolescence programmée et réduction des coûts. Prenons l’exemple d’un petit APN d’entrée de gamme. Le fabricant voit que les gens en changent souvent au bout d’environ 3 ans (parce qu’on miniaturise toujours plus, on arrive à caler des puces plus puissantes dedans, la qualité d’image s’améliore, et qu’au bout de 3 ans, soit on a la soif d’un nouvel APN pas cher qui fait mieux, soit on a été piqué par la mouche photographique, et on décide d’investir dans plus gros). Donc pour avoir un coût réduit de production (et donc de vente), le fabricant n’aurait aucun interêt de mettre des composants super durables (lames d’obturateur en titane, boîtier en plomb pour que Superman voie pas à travers, circuits imprimés en Or massif, etc…) dans l’appareil. Donc ils vont plutôt utiliser des composants potentiellement moins cher et moins costauds, vu que très peu vont garder leur appareil plus de 3 ans.
          Mais plus on va monter en gamme, plus l’attente du client sur la durabilité va augmenter. Le nombre de déclenchements et la durabilité deviennent des critères de vente au même titre que la qualité d’image. Du coup, le prix monte, mais le fabricant va aussi utiliser des composants plus durables en contrepartie.

  6. Je découvre ce blog et cet article très intéressant via twitter. Je viens de renvoyer le formulaire.

    Je suis surpris que les amateurs n’investissent pas plus dans l’apprentissage. Pour prendre mon petit cas personnel, c’est pour l’instant mon poste de dépense majeur (formations + livres). En contrepartie je dépense très peu pour le matos pour une question de moyen mais pas seulement. C’est en effet aussi un choix réfléchi.
    Dans mon cas, la photo est une passion plutot récente (malgré mon age) il y a donc le désir d’accélérer ma courbe d’apprentissage. Mais je suis aussi d’avis qu’on n’a pas besoin de grand chose pour faire des choses biens (et on peut aussi faire des photos bien pourries avec du matos qui coute très cher).

    Voila, c’était juste mon avis du moment, qui sait il changer a peut être avec un peu plus d’experience🙂 je m’en vais découvrir le reste de ce blog qui a l’air bien intéressant…

    1. Salut Sem, bienvenu par ici et merci pour le commentaire et le formulaire.
      Je ferai une mise a jour de l’article demain en y intégrant tes données.
      Je comprend tout a fait ton choix. De favoriser la formation et je pense que c’est un choix judicieux.
      Cependant et je vais prendre comme exemple mon cas personnel, ce n’est pas parce qu’on ne dépense pas beaucoup (voir pas du tout) en formation, qu’on investi pas dedans. J’ai passe les premiers mois de ma pratique photo a visiter enormements de blog, visionner beaucoup de vidéos sur le sujets… au final j’ai trouve mon bonheur gratuitement sur internet. Mais je conçois que ça ne soit pas facile pour tout le monde.
      J’espère que le reste du blog va te plaire !
      A bientôt !

    2. Je ne peux pas parler au nom des autres, mais je peux apporter un élément de réponse pour ce qui est de la part apprentissage de mon budget: Lorsque je me suis mis de manière plus sérieuse à la photo, j’avais déjà déménagé en République Tchèque. Et ma maîtrise du langage reste bien approximative. Les workshops et stages, ici, se font en tchèque. Donc ce n’est pas trop une option pour moi. J’ai bien investi dans quelques livres, mais du coup, je me forme via le net (tutos en ligne, etc…), et par la pratique. Et les beaux livres photo, je les compterais aussi dans le lot, si j’en achetais plus moi-même. S’imprégner du travail des autres permet de développer son sens artistique, alors ça compte. Mais quand j’ai envie d’un beau livre, je l’ai plutôt par Père Noël express ou pour mon anniversaire. Donc ça n’apparait pas dans mon budget🙂

  7. Je suis tout à fait d’accord, surtout avec internet on peut apprendre sans se ruiner. J’ai appris et j’apprends beaucoup en ligne aussi (surtout pour apprendre à utiliser les logiciels). Dans mon cas, c’est surtout pour aller plus vite que j’ai suivi quelques formations.

    Juste une question pour tout le monde : acheter les livres photos de photographes reconnus, ça rentre dans la catégorie apprentissage ?

    1. De ce que j’ai vu sur ton formulaire, ça semble être plus que quelques formation ! tu es sur de pas t’être trompé dans les chiffres ??
      Concernant les livres, difficile a dire, mais je pense que oui, surtout quand c’est une source d’inspiration et donc d’apprentissage, de progression.

      1. Pour ma part j’ai mis un très petit budget pour l’apprentissage parce que je ne considère que les livres techniques, qui prétendent instruire et non exposer un travail artistique. Mais j’ai fait une « mini-erreur » que beaucoup font au début, acheter plusieurs livres sur la technique pour me rendre compte que 1:ils donnaient en grande majorité les mêmes infos, ce à quoi on peut me répondre « forcément, les notions d’exposition, d’ouverture, de profondeur de champ etc…sont les mêmes pour tous les domaines de la photo », mais quand on pense que 2:la plupart de ces notions sont également expliquées assez clairement dans le mode d’emploi qu’on reçoit en achetant l’appareil…lol. Par contre mon formulaire va grandement remonter tes chiffres sur le matériel et l’informatique ^^.

          1. Ok merci😉 j’ai pas tout compté en fait mais c’est dans ces eaux-là. Pour les voyages je ne sais pas exactement ce que tu voulais que je compte, donc j’ai pris par an en me basant sur ce que m’avais coûté les voyages de cette année j’ai fait quelques semaines en Italie (Rome, Florence, Venise) du coup j’ai pris en compte à peu près les couts de déplacement et d’hôtels (bon cette année je me suis fait plaisir en 5 étoiles à Florence, ça compte beaucoup dans la note lol).
            Oui pour le « 3 », sur internet on peut même trouver gratuitement des notions moins basiques😉 .

          2. Parfait pour les voyages, tu as raison de te faire plaisir.
            Mais c’était des voyages dont la photo était le but premier, ou simplement des vacances ou tu as profite de l’occasion pour prendre des photos.
            Dans le premier cas tu as raison de les inclure, dans le second, on ne les a pas compté jusqu’à présent.
            Je dois corriger ?

          3. Comme j’y étais déjà allé avant, oui, c’était surtout pour faire de belles photos vu que les premières fois je n’avais pas le même matériel ni les mêmes connaissances. Mais quand tu vas là-bas 3 semaines c’est aussi des vacances, en même temps🙂 . Et je vais devoir au moins retourner à Rome parce que cette année certains monuments dont la fontaine de Trevi étaient en travaux donc je dois les reprendre en photos aussi ^^.

          4. La galère, hein!😉 mais j’aurais quand même préféré qu’ils n’y aient pas de travaux, quitte à ne pas y retourner lol.

        1. ….et 3 la plupart de ces notions techniques de base sont très bien expliquées un peu partout sur le web😉

          De ce que j’ai vu tu as aussi un sacré budget voyage aussi… tu peux en dire un peu plus sur toutes ces dépenses ?

  8. Je ne pense pas m’être trompé. J’ai fait 4 stages/workshop et le reste est en fait des dépenses en livres (surtout des livres photos donc que je considère aussi comme de l’apprentissage). Le cas des livres est particulier parce que j’aime les livres photos et j’ai tendance à les collectionner; de plus la famille et les amis en profitent aussi quand on les reçoit.

    Je précise quand même que je suis au début de ma pratique et que tout ça est comme un « investissement de départ ». Mes dépenses dans ce domaine seront beaucoup moins importantes à l’avenir.

  9. Sem soulève une autre question comment se répartissent les dépenses dans le temps ? A quel moment si il existe le photographe va t il tomber dans une fièvre acheteuse et à quel moment va t il se montrer plus économe.

    1. maintenant que le nombre de données reçu commence a être conséquent (17 photographes au moment ou j’ecris ce commentaire) je pense que je devrai me repencher sur la question et revoir le paragraphe correspondant dans l’article. faut juste que je trouve comment organiser les données.

  10. Questionnaire également répondu pour ma part. Comment compter le budget matériel quand on achète, revend, achète… ? Je suis curieux de tester de tout, je me suis beaucoup intéressé aux cotes de tel ou tel objectif, du coup je suis tout le temps avec un autre caillou fixé à mon boîtier ! A bientôt !

    1. merci pour le questionnaire, je vais voir ca tout de suite et en profiter pour faire une mise a jour de l’article prochainement.
      Pour ce qui est du budget matériel, c’est facile, ce que tu dépenses, en moins, ce que tu reçois lors de tes ventes, en plus…

  11. A reblogué ceci sur Aventure Reflexet a ajouté:

    Mise a jour importante aujourd’hui de l’article sur le coût de la passion photo :
    – Calculs refait avec une nouvelle méthodes pour être plus juste
    – Réécriture en partie du paragraphe sur l’influence du temps de pratique en y intégrant toutes les dernières données.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s