Promenade dans la foret de Biriya

Toujours durant mon petit séjour en Galilée (un peu comme Melchior, Balthazar et Gaspard) dont j’ai parlé il y a quelque semaines, nous avons effectué une petite promenade dans la foret de Biriya.

Cette foret, deuxième du pays de par sa superficie, a la particularité d’avoir été entièrement planté a la main par les Israéliens durant les années 50. C’est donc une foret relativement neuve et assez peu touffue. Les promenades entre les arbres y sont donc faciles. La différence avec la végétation trouvée au sommet du Mont Meron est assez flagrante d’ailleurs. On y trouve essentiellement des Pins, mais aussi des cèdres (le Liban est tout proche) et des cyprès.

En outre la foret abrite dans ses reliefs vallonnés, plusieurs sources (dont certaine ne coulent qu’une partie de l’année) qui agrémentent joliment les promenades. Du fait de l’histoire très riche de la région, on y trouve aussi des ruines et vestiges archéologiques de différentes époques, depuis le 2eme siècle jusqu’au années 1950. Continuer de lire « Promenade dans la foret de Biriya »

Au raz du sol…

L’une des choses qui différencie a mon sens, un « photographe » de quelqu’un qui prend simplement des photos avec son appareil, c’est la recherche du bon cadrage, du bon angle de vue.

La ou le touriste lambda se contentera d’une photo informative, « on voit un truc joli / interessant / bizarre / marrant… , on le prend en photo », le photographe essayera de trouver un point de vu original. Ce qui pousse parfois a se contorsionner ou a se mettre dans des positions que le commun des mortel n’oserai pas.

Lors de mon petit séjour en Galilée, (comme vous savez qui, je vais pas refaire la même blague a chaque fois…), dont je vous ai parle dans le post précédent, je me suis ainsi retrouvé plusieurs fois a plat ventre, par terre en pleine nature, avec pour objectif de me mettre au niveau de mon sujet : une grenouille, une fleur, un cafard, une souche…
j’ai trouvé que cette position me permettait de mettre en valeur le mieux possible l’objet principal de ma photo.
L’autre avantage je trouve c’est que la photo retransmet mieux a mon sens le point de vue de l’insecte / animal ainsi photographié (OK cet argument passe moyen pour les photos de fleur…). Continuer de lire « Au raz du sol… »