Balade au bord du Nahal Yamin

Ce vendredi matin, j’ai commencé mon week-end de la meilleure de manière, une petite excursion au milieu de mon désert, avec mon appareil photo.

Cette première phrase devrait soulever plusieurs interrogation :

  1. Oui, en Israël le week-end débute chaque semaine le vendredi matin… cool hein ! sauf quand on se rend compte que dimanche matin faut se lever pour aller au boulot !
  2. Le désert dont je parle est le désert du Néguev qui occupe toute la partie sud du pays. Au programme chaleur et beau temps quasi toute l’année sauf quelques jours de violentes pluies, qui provoquent chaque année des crues ultra-rapides des quelques cours d’eau de la région, habituellement a sec.
  3. L’excursion du jour se fait justement le long d’une de ces petites rivières, Nahal Yamin, qui a juste commencé a se remplir après les premières pluies de l’année. Pour l’instant il ressemble plus a un pipi de chat qu’a un torrent violent, mais il y a juste assez d’eau pour commencer a remplir quelques piscines naturelles.
  4. Comment j’ai pu m’éclipser des le début du week-end pour une sortie photo ? ben j’ai fini toutes les taches ménagères d’un homme du 21 eme siècle (nettoyer, cuisiner, aspirer…) jeudi soir, pour me libérer exprès !!

Le nahal Yamin coule quelques jours par an au milieu de la réserve naturelle Makhteshim-Ein Yahav. C’est un site d’excursion bien connu et il vaut mieux arriver tôt, juste après le lever du jour pour bénéficier d’un peu de tranquillité, il n’est pas rare d’y croiser d’autres randonneurs.
C’est une région aux paysages a couper le souffle, fait de large plaine semi-desertiques a la végétation éparse, de canyons profond, de montagnes arides. Facilement accessible en voiture tout en offrant tranquillité, calme, dépaysement… bref tout ce que j’aime…
Le Nahal Yamin n’est que l’une des très nombreuses possibilité de randonnées de la région, que je ne manque pas de parcourir des que l’occasion (et les taches ménagères) le permettent…

C’est parti pour la visite et les photos (n’hésitez pas a cliquer sur celles ci pour les afficher en grand): Continuer de lire « Balade au bord du Nahal Yamin »

Street photo (ou presque) à Ganei Hashlosha

Durant mes vacances en Galilée, comme les rois mages (désolé mais ça me sort tout seul des que je dis Galilée), j’ai passé une journée avec ma famille, des amis et mon Canon EOS 600D au parc naturel Ganei Hashlosha (appelée aussi Sakhne).

C’est un parc immense longeant une rivière et ou les ruines d’un ancien barage et d’un moulin a eau délimitent des bassins et piscines de différentes profondeurs et dessinent plusieurs petites chutes d’eaux. Dans cette contrée de grosse chaleur, vous devinez bien que l’endroit est pris d’assaut tout l’été. Continuer de lire « Street photo (ou presque) à Ganei Hashlosha »

Dans la réserve naturelle d’Ein Prat

A peine a quelques kilomètre de Jérusalem se cache au tout au fond d’une vallée, une magnifique oasis, Ein Prat. Au milieu du désert de Judée, sec et rocailleux se cache donc cette petite rivière qui permet a une faune et une flore luxuriante de se développer.

Par bonheur cette oasis est assez peu connue et surtout difficilement accessible, la seule route qui y mène est étroite et très escarpée. Ceci associé au travail sérieux des autorités de préservation de la nature, fait que cet endroit a pu garder son aspect sauvage intact et surtout permet au rares promeneurs de faire de bien belles balades.

Il est possible de faire ainsi de petite randonnée autour de l’oasis, a flanc de montagne ou les pied dans l’eau et pourquoi pas de se baigner dans quelques piscines naturelles . Continuer de lire « Dans la réserve naturelle d’Ein Prat »

petit Canyon

Et au milieu coule une (petite) rivière… le nahal Habessor

Comme évoqué lors de précédents posts (semaine 13 projet 52 et oiseau a contre jour) j’ai eu l’occasion dernièrement de faire une petite excursion au bord du Nahal Habessor, ou en bon français, la rivière Besor.

C’est une assez longue rivière (80km) mais dont le débit est très variable en fonctions des saisons. Actuellement il se rapproche plus du ruisseau, mais ses crues d’hivers sont parfois impressionnantes et les routes souvent coupées.

Autour de ce fleuve est établie une réserve naturelle, ainsi qu’un parc ou se retrouvent nombre de touristes des environs durant les vacances. C’est la que je me suis retrouvé avec ma petite famille, mon Canon EOS 600D et mon objectif 18-135mm. Je me doutais qu’il y aurai de beaux paysages, ainsi que de beaux oiseaux.

En effet il y avait les deux, ainsi qu’un grand soleil au zénith qui ne facilite pas la prise de vue… surtout d’oiseau qui volent haut dans le ciel. C’est d’ailleurs la première fois que je découvre avec mon objectif un fort phénomène de vignetage (coins de la photos plus sombre). Toujours concernant les oiseaux sauvages (plus que les pigeons) ils ont une fâcheuse tendance a voler trop haut et trop loin… du coup peu de photo vraiment exploitable malheureusement. Et pourtant il y en avait des millier des oiseaux, principalement deux espèces d’ailleurs, des cigognes (ça c’est facile) et une autre espèce de rapace X. Peut-être que vous saurez me dire quoi a la vue des photos.

A part les oiseaux, un pont suspendu qui balance dans tous les sens (comme dans Indiana Jones 2*) un pont de chemin de fer inachevé (comme dans Retour vers le futur 3**) et une végétation typique des climats semi-désertiques… je vous laisse apprécier de tout ça avec les photos (dont je ne suis d’ailleurs pas très satisfait…) : Continuer de lire « Et au milieu coule une (petite) rivière… le nahal Habessor »